Bill Gates + Jerry Seinfeld = l’art du storytelling par Microsoft

Bill Gates + Jerry Seinfeld = l'art du storytelling par Microsoft 1En lisant un article de Technaute sur la nouvelle campagne de Microsoft, je suis tombé sur ce témoignage de Brad Brooks : “L’image de la marque, particulièrement dans le cas de Windows Vista, a été définie par les compétiteurs. C’est le temps pour nous de commencer à raconter notre histoire.” Cette phrase du vice-président de Microsoft résume tout l’enjeu du storytelling en marketing. Vous voyez de quoi je veux parler ?

Vous avez certainement vu les vidéos hilarantes de la saga Mac vs PC, dans lesquelles Mac est personnifié par un jeune homme cool et PC par un pauvre gars à l’allure de comptable coincé. Vous savez peut-être aussi que Microsoft vient de lancer la contre-offensive publicitaire en embauchant le comique Jerry Seinfeld.

Ce qui se déroule ici, c’est tout simplement une stratégie fondée sur la “brand story”. Une scénarisation simple et imagée de la marque qui attise l’imagination et provoque un engagement émotionnel de celui qui “écoute”. Un passage de la stratégie d’image de marque à la stratégie d’histoire de marque. Un mythe publicitaire, en somme.

Le géant de Redmond goute donc à son tour au storytelling, “the basic need to tell and share stories” (Wikipédia). Comme Apple, Coca Cola, Kit-Kat, Nike, Starbucks et autres monstres publicitaires, Microsoft “try to create a sense of engagement”.

Cette “nouvelle” façon – paradoxalement originelle – de concevoir le branding est développée dans l’un des chapitres de “Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits”. Un livre dans lequel l’auteur, Christian Salmon, explique que ce changement d’approche marketing “implique l’apparition d’un nouveau lexique dans lequel l’audience a remplacé les consommateurs, et les séquences narratives, les campagnes publicitaires.”

Je me rappelle également d’un très bon article qui avait été publié sur le blog Brand Advocate et qui s’intitulait “Marketing relationnel et Storytelling”. L’auteur y présentait quelques exemples très parlants et une analyse toute simple de l’effet storytelling : “Ces marques sont qualifiées de légendaires car elles ont réussi à s’inventer puis à rendre crédible et à diffuser de véritables histoires qui sont devenues, au fil de leur développement, des légendes modernes”.

Microsoft est-il capable de nous faire rêver… et désirer ? Réponse au prochain épisode.