Rédacteur Web / référenceur : un métier évoqué dans le JDN

Si vous faites partie de mes lecteurs réguliers ou que vous baignez dans le Web, je ne vous étonnerai peut-être pas en vous disant que le métier de rédacteur (et de concepteur-rédacteur) a profondément évolué avec le passage à l’ère numérique.

Les notions de visibilité, de lisibilité et d’utilisabilité se sont percutées pour faire émerger un nouveau mode d’écriture, plus technique, plus “marketing” : la rédaction Web, ou Webwriting pour ceux qui veulent se la jouer à l’agence ;-)

Le Journal du Net a publié, le 01/02/08, un dossier intitulé “Référenceur : bien se placer sur le marché de l’emploi” sur l’émergence, ou plutôt la concrétisation, du métier de référenceur. Sans surprise, le profil de rédacteur Web & référenceur y est brièvement évoqué, puisque comme je l’explique à chaque fois, le référencement est un métier étroitement lié à celui de rédacteur ou d’éditeur, pour reprendre la formule de Joël Ronez.

Un secteur en pleine mutation

Je cite le passage du dossier le plus parlant : “De nouveaux métiers dans le référencement voient le jour. Parmi les postes émergents, celui de chargé de contenu Web. Ce profil a été créé par les besoins des moteurs, ces derniers ayant donné plus de crédits aux sites de contenu. Dans un premier temps, les référenceurs se contentaient de placer des mots-clés ici et là sans vraiment se soucier de la qualité et du rendu final. Aujourd’hui, le travail est plus appliqué et il s’agit de doser savamment mots-clés et utilité pour intéresser et fidéliser aussi bien l’internaute que les robots des moteurs.”

Faisant moi-même partie de ceux qui ont bénéficié d’une formation en SEM en Web agency, j’ai trouvé ce dossier extrêmement approprié. Malgré l’absence d’approfondissement quant aux rapports entre la production de contenus, le positionnement, la génération de trafic ou encore la fidélisation. Mais je m’emporte, il y a pas mal de choses à dire.

Pour revenir au dossier, je ne parlerai peut-être pas de reconnaissance, le mot serait exagéré, mais plutôt d’ “officialisation” importante. Eh oui : inutile de compter le nombre de personnes qui ne font pas le lien entre le contenu Web et une stratégie de positionnement efficace.

Il m’arrive de rencontrer des personnes travaillant dans le Web qui ne jugent pas fondamental de travailler le texte dans sa forme, sa structure, sa mise en exergue stratégique, à la fois pour les moteurs (Google, Bing, etc.) et pour les lecteurs. Arf. Bien sûr, il ne s’agit que d’une minorité de « professionnels » pour qui la création ou l’animation d’un site équivaut à la conception d’une plaquette.

Intolérable, n’est-ce pas ?

Sur un coup de tête, je me suis alors décidé à ressortir le livre de Joël Ronez, L’Écrit Web: Traitement de l’information sur Internet, non pas pour en apprendre quelque chose sur le Webwriting, mais plutôt pour me laisser aller à un petit “retour aux sources”. Synthétique (peut-être un peu trop), agréable à lire et conçu comme une méthode sans être didactique, L’Écrit Web met les choses au clair sur des fondamentaux.

Je le conseille donc sans hésitation à tous mes collègues, à mes clients mais aussi à tout concepteur-rédacteur pour qui l’écriture Web se limite à la production de textes plus courts que sur papier. L’Écrit Web leur servira d’éveil. ;-)

D’ailleurs, et n’y voyez là aucune prétention de ma part, je pense me lancer dans une série de posts sur le thème de l’écriture Web, du cocon sémantique comme évoqué sur cocon-semantique.com et du référencement naturel (SEO). Une fois que j’aurai terminé celle sur la création de nom de marque, bien entendu !